Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

P1090706.jpgextrait du tome 9 du journal de bord PQF?

 

 

Samedi 19 novembre 2011 :

 

Tout neuf ce PQF 9, pour commencer et dire la fin proche du projet Lourtuais… Devenu de lourd tu es ? En plein tombé dans une GROSSE fringale, cohorte de variations de peinture au sujet d’une ligne de relief, de sens, d’une plage : 12 tableaux que j’entame juste, 7 que je peine à finir, et 6 peut-être que je ne toucherai plus du poil, car parfois vouloir encore faire mieux, s’avère désastreux. Voilà pour les formats tout neuf de 40X40. + 4 palettes un chouïa poncées pour essayer d’y déposer délicatement la ligne du relief de Lourtuais, une toile 54X65 avec du dévergondage de couleurs. Un bien fou. Toile de lin sans ou avec apprêt (avec = une erreur d’achat => je fais avec, mon principe de base et de fond), et des bois CP (acheté de frais, St-Brieuc).

 

P1090694.jpg

 

Il faut donc que j’accompagne avec mes mots cette course en solitaire (limitée dans le temps) au large, pleine peinture, traversée vers destination inconnue. Je ne vois plus la côte, et de loin une terre qui baigne dans mes couleurs. Je voulais lire (pris dans mon bagage un lourd pavé, un sable mouvant classique), et impossible de finir presque une page. Car quand je mange bois, me douche, dehors quand je marche dans l’eau, aux cotés de trotteurs (sur Caroual), partout, de jour et dans la nuit noire, la peinture ne me quitte pas.

 

P1090701.jpg

 

Je réfléchis le tableau, chacun, comme miroir d’un ego. Ego frelaté pour servir un paysage de peinture. Ne pas céder aux ombres portées, aux perspectives justes, aux nuages qui déglinguent la lumière, au motif narratif nourri par l’anecdote qui croustille sous les papilles d’yeux.

 

P1090719.jpg

 

Mais ne pas exclure, pour exclure. Ou, ne pas forcer, rien, et laisser faire quand tombe par maturité dans mon processus. Jouer de ce qui pourrait être du hasard, des coïncidences. Encore et surtout là, faire avec.

 

Avec moi, puisque JE crée. Avec mes décalages quasi mécaniques, mon amertume, mes tournures blagueuses et entourloupes métaphysiques. Faire avec mon PQF tout cru… et saignant.

 

P1090720.jpgexemple de l'en-cours, à "réfléchir" encore...

 

Ainsi, j’inclus mon vocabulaire, que j’use, perturbe, diffracte comme un crachin sur un trait de lumière : ni Eve ni d’Adam dans un paradis périmé au clair de terre, ou avec pour pomme pas défendue, une apnée de poisson, tout frais péché de mon imaginaire sort la tête de l’eau. Ou là-dedans Elle et moi que je dérive ?… Au petit bonheur, la chance.

 

 

P1090721.jpg 

Ici et ailleurs, je place et conjugue une mouette qui me crie au nez un midi alors que je contemple mon nid d’adoption. Plage du centre, ou le WIFI piraté de l’hôtel me permet une connexion. Un chameau qui broute au pied de la chapelle des marins (cirque), un chien errant et pouilleux m’émeut aux Philippines. La terre : image fascinante qui flotte dans la matière noire. Le spectacle d’un ciel que j’interprète à l’envi pour que ne subsiste qu’une émotion… ça comme chaque particule de mon univers… qu’une trace… une empreinte.

 

P1090722.jpg

 

L’ego n’y est plus, ou explosé, éparpillé, particules d’être façon moins Quantique que Floue, évidemment.

 

PQFment moi,moinerveux

tHierry

 

PS : trois de mes peintures, série "bateau papier plié", se font une cure d'expo à la galerie municipale d'Erquy, tout le mois de décembre. Exposition collective (à 20, je crois) avec pour thème : le Penthièvre en hivers. Je ferai quelques permanences sur place. dates encore non définies.

Tag(s) : #extraits - JOurnal de BOrd PQF?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :