Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

peintures---083.jpg

Plus je découvre et plus j’apprends de la vie, des autres, avec tout ce que je ressens et tout ce que vaguement je perçois, plus flou m’apparaît ce que je suis et, au-delà de ce presque rien, ce dont se constitue l’existence.

 

Là-dedans, mon travail sur la peinture qui n’est pas moins à mon esprit qu’un travail sur le temps, sur l’instant hors du temps et des modes, une empreinte d’une réflexion sans fin, sans fond, ce travail devient de plus en plus Flou. Technique incluse.

 

Autodidacte pour l’essentiel, cela colle au poil à ce processus. Je joue (façon « joueur » de Dosto) avec le hasard, que je répète et répète jusqu’à obtenir quelque chose. LE « quelque chose » de flou, qui me va. Un truc qui me touche, me surprend si possible, et parfois par hasard, qui correspond à une vague attente. Vague avec écume. Étrangement, ma peinture du hasard et du flou, devient de plus en plus technique, complexe, ritualisée et blindée de procédures. Les produits, couleurs, liants et diluants, les supports, les outils, les gestes, se multiplient et s’ordonnent au service d’un hasard que je pousse à bout et au bout de mon idée, floue. Une alchimie du hasard saturée d’une poésie aléatoire, PQF.

 

peintures---084.jpg

série "homme en texte et, de papier" - 40x40

 

Je pars d’une idée, d’une intention, je prends et dispose les éléments pour construire ma vision, initialement, presque nette. Et puis mon travail va au fur et à mesure tordre, déconstruire et reconstruire l’idée et l’intention, et autres babioles mentales et esthétiques rencontrées en chemin. Parfois, je me perds et le travail aboutit à rien. Déjà quelque chose que ce rien. Rien que je laisse en état comme une chose accomplie. Parfois, il me semble que le chemin ne s’arrêtera jamais, mais, intuition saugrenue, ou pas : s’impose à moi l’ordre que je ne dois pas m’arrêter, que je me dois d’insister, m’obséder. Alors, je consomme plus que raisonnable, peintures et mixtures qui me ruinent l’esprit et le portefeuille. Un jeu idiot ?

 

Je fais confiance au hasard, à la répétition, au temps qui travaille l’empreinte jusqu’à tenir le pas, que s’encroûte une image que je laisse enfin reposer. Pas moi… la croûte me colle au crâne comme un psoriasis. Métagag… Insomnie.

 

peintures---085.jpg

 

Faire belle la fêlure ou la bavure, donner du sens, une sorte de sens aux ratures et au Flou, le hasard dont j’use comme outil, travaille la matière, les couleurs et volumes, des lumières. Je joue mon orchestration sans partition faite d’estompes répétées, insistantes, ponctuées de déchirements et ponçage, sur et avec des éponges brosses papiers imprimés ou autrement usinés, toile et sable et bois que je symbolise, que je paradigme, que j’anime dans des assemblages acrobatiques-chromatiques tenue par des mélanges improbables, mes sauces collantes épaisses ou fluides, dotées de parfums entêtants qui me bouffent le foie et me saturent la tête jusqu’à me déséquilibrer sur mon fil.

 

peintures---087.jpg

 

Un fil tendu entre tout et rien, moi ou plus personne ? Un parcours épuisant qui me vide, me provoque transe ou délire ? Un travail plein d’étrangeté dont je découvre l’effet que bien après.. quand tout est sec et lointain.

 

Mon blabla même participe à cet effet, comme un travail sur une syntaxe intime. Il conjugue mon idée dans tous les temps et distances. Mon essoufflement au bord d’une asphyxie précipite en liturgie mon monomaniaque PQF. L’ami PQF animus et animal ? Le flou l’imbibe et dénature ma mémoire.

 


DSC_0004-copie-1.JPG

30x30 - distraction maritime

 

Comme des apnées colorées et folles, tout participe à mon effort de création. Un blabla que je travaille ponce estompe brise comme ma peinture. Comme tout ce que je crée et pense PQF, équipé du hasard que je sollicite par répétition, obsessionnelle, incantatoire. Un effet visible-lisible à ceux qui lisent et fréquentent régulièrement le PQF. Des couches et des couches qui donnent cet effet flou, dû au glacis. Il laisse passer les lumières, qui dévient, devissent et se perdent, se courbent s’entrecroisent ou se percutent.

 

Tout cela participe à une explosion et/ou expansion de ma réalité myope d’être bancal.

 

peintures---092.jpg

série 30X30, moins PQF mais tendrissime.


 

Je ne vois et ressens comme chaque être doué de vie sur cette terre et ailleurs, brin d’herbe compris, qu’une partie infime de ce qui est vraiment. Le prisme de perception, animal, presque figé, mon peu de sens et leurs limites, n’autorisent qu’une compréhension tronquée de ce vaste bordel dont je fais partie.

 

 

La nature s’amuse et peut-être, très PQF, crée par hasard... pour voir. Une autodidacte de longue date essaye toutes les combinaisons, se répète et module à l’envi, construit et déconstruit jusqu’à obtenir un équilibre fragile, instantané, flash, toujours remis en question. Un tas de questions… Tourbillon créatif dans lequel notre espèce animale s’oriente vaguement…

 

peintures---096.jpg

rencontre avec la mouette, et son texte - 30X30 - au dos : du Tchekhov

 

Dans un idéal tout personnel,

j’imagine un monstre pourvu de tous les outils de perception de chaque chose et bidule, végétal minéral animal, de la création depuis ses prémices, avec le cerveau idoine qui calcule et interprète le Tout. Peut-être alors, après analyse d’une réalité moins frelatée, que le monstre pigerait au moins d’un iota ce que tout cela veut bien vouloir dire ? PQF ? Et encore…

 

Le Flou est notre réalité. La mise au point, impossible mais imaginable, avec une grosse dose de déraison, ou de poésie ?

 

Pour moi : L’Art, la création humaine et nos visions hasardeuses, ne sont que nos tentatives  - illusoires ou pas ? – de déconstruire et reconstruire modèles et hypothèses, d’ouvrir des fenêtres fantômes, poétiques, moduler le prisme, crever temps ou/et espace pour plonger dans d’autres atmosphères à explorer en apnée, afin de découvrir fissures et échappatoires, pour échappées belles, à cette réalité.

 

peintures---097.jpg

 

Un voyage extralucide, en quelque sorte… pour me sauver de mon égo ? Voyage flou fou affolé d’un explorateur dévoré par mille fièvres extra-exotiques ? Tout cela, Pour Quoi Faire ? Pour essayer modestement de comprendre, mieux, juste quelques miettes de Tout et Rien…. Là-dedans moi, suspendu sur le fil, ici-bas, avant chute. Poils aux peluches !

 

DSC_0005.JPG

 

 

PQFment votre,

tHierry   moinerveux

 

LE site PQF,

à visiter sans répis

à user sa toile et son

entendement :

http://www.lagaleriepqf.fr/

 

ps : dès que je peux (juin, peut-êre ?), je complète ma galerie avec travaux ci-dessus et quelques autres planches et toiles du mois de mai.

 

mai20127

 


Tag(s) : #Art actu

Partager cet article

Repost 0