Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeudi 2 Juin dit de l’Ascension.

 P1070415.JPG

Je mets de côté (photo+site) 4 bateaux papier PLIé 20X20 (3toiles et 1bois), pour ne pas me tenter plus (d'autres, une vingtaine) subiront mon indécision, ou plaisir à peindre.

Le motif est terriblement anecdotique. Tellement que, il finit par dépasser une idée de symbole, de péripétie bio, de volume intergalactique (mon modeste « moi » dans le rôle d’un UNivers en « soi »)? Peut-être...

 

Je ne sais pas m’arrêter quand plus que ce jeu de la peinture… dans la peinture, du faire et du pourquoi faire ? Poupée russe qui cogite toute seule entre mes doigts et mes neurones. Je peins et repeins dessus pour voir cet effet, tester encore ceci-cela, tenter autrement, tout réfléchir à nouveau. Sur du petit format, c’est compliqué, délicat, fragile. Un rien change tout. Et tant mieux.

 

GRAND format. Je ne fais pas faute de place ? De sous ? Ou trop tendance ? L'Obligation contemporaine. Comme le truc qui fait tout.

 

Paris et sa Monumenta. Bien sûr, il faut que la foule voit. Il faut avoir de quoi lui mettre plein la vue… À défaut de plein la tête ? Kiefer, Serra, Boltanski, et maintenant la boule de l’Indien Anish Kapoor… Kiefer m’avait fait presque plaisir, bien que sinistre au possible et saturé de signifiants-mémoire. Sans doute ses bateaux ? Et puis, surtout, parce là-dedans Marc Alain Ouaknin, que je recroise dans ce déluge de peinture dans une vidéo. Curieux hasard.

 

J’aime bien ce barbu. Gentil, affable, curieux de tout… et de l’autre. Un homme charmant et marchand, d’une culture pointue sur la Kabbale et ses dérivés. Rabbin aussi. Beau parleur surtout. Je me souviens de lui qui me montre ses dessins (je sévissais contre maigre salaire dans l'Edition de "Beaux livres" Assouline). Il travaillait (le texte) avec le décorateur fou Garouste. Perdu, fou et timide, égaré dans Paris place Vendôme avec son carton à dessins, que je récupère au bas de l'immeuble…

 

Marc-Alain aime ce qu'il fait. Il décide de mon avis par séduction. Je cède. Et je n'ose pas lui montrer mes artisteries de tout acabit.

P1070417-copie-1.JPG

 


 

P1070416.JPG 

Donc, moi MON MONumenta, je vais le faire avec 4 formats de 20X20 cm. Disposés ou planqués, aux quatre coins du grand palais ? (un bateau papier, une apnée, un CMP, et un N(p)M ?) Ou au centre, presque trop bien « centrés ». Mais pas visible comme la petite Joconde derrière son blindage et sa barrière de sécurité. Autrement visibles… Petites caméras qui les fixent, et les recrachent ailleurs sur écrans géants... à côté de mes textes qui circulent tout autour, soulignent, précisent, et emportent loin ces 4 peintures de toute cette agitation, monumentale...

 

Mais évidemment, on ne va pas penser à moi, d'instinct comme une évidence, pour la next Monumenta, ni même la suivante... Et pas plus celle située très très loin après ma mort. Je ne suis pas citoyen de Berlin, d’origine chinoise ou Indienne, descendant direct de La Fayette le sauveur, ou Colomb le découvreur… par exemple, exemples de bon pedigree. Et même pas un artiste Gourou avec dans sa poche revolver tout calé contre le portefeuille à dégainer, sous hypnose dialectique, son Pinault ou, F.Mitterrand. Seulement le président anonyme du mouvement PQF, un métagag très perso du concept, tout intime que je veux tout inspiré… façon Ascension.

 

Par l'escalier de service.


P1070418-copie-1

P1070418-copie-1

 

P1070418-copie-1.JPG

 

P1070418.JPG

Tag(s) : #extraits - JOurnal de BOrd PQF?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :