Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

7 juin 2016 : idée de bureau de transformer l’ex-hôtel « PANORAMA » en « PANORAMA PQF»  ( soit le : PP)

 

Une Sorte d’extension (d’espace et mentale) de mon « labo-atelier-galerie » à tous les étages (quand aurons récupéré étage loué). Et créer un site presque « art-business ou art-market » avec ce sigle ? Pour répandre la pensée pQf qui surfera sur le « flou » originel ? Fou ? Evidemment … mais de Bassan. Ou d’Erquy… avec des ailes, et qui apprécie l’eau (de mer). Idée moins folle que poétique, j'espère ...

 

J'espère encore trouver en moi les traces de ce qui hier m'animait, animal, animus, qui m'amuse avec ma muse.

 

Depuis quelques morts, je merdouille, m'enlise, me perds, m'ennuie. Et pour me sauver, il n' y a que moi, l'égo, et créer ce GROS chamboulement, créer à nouveau, pour de vrai, au jour le jour, comme un Vincent, comme moi il y a longtemps. 

 

nota : réfléchir puissamment à un "Senior Tube" à caser sur "YouTube".

Mon bureau - l'écran de veille - un "ange" ou "harpie (Ἅρπυιαι) ? (D'avant Jésus et Mahomet) - musée du Louvres

Mon bureau - l'écran de veille - un "ange" ou "harpie (Ἅρπυιαι) ? (D'avant Jésus et Mahomet) - musée du Louvres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plan de travail / été 2016 :

 

Avant toute chose : Ranger au mieux que je me libère de l’espace, mental et page blanche. Pour ça, finir ma série des « sœur man ourson et moi » avec le texte, les brouillons, et je ne sais pas quoi encore qui emballe le Tout. Ranger les papiers et images de mes vies d’hier, les livres, les films, clarifier mon paysage extra-pQf. Ranger les chiffres, en gommer effacer le plus possible. Et si possible, bien avant mon départ vers « l’atelier-labo … », tellement là, tendu, cocotte-minute dépourvue de l’astuce qui libère la vapeur, le « cri ».

 

 

 

 

 

 

 

(Si je n’étais qu’animal, ou enfant, un être qui ne voit que l’instant à vivre et plus rien d’autre, ou encore un cerveau vérolé par une fable, ipso facto je me ferai couic. Ce qui me sauve est cette bête moins qu’animale espérance, ma croyance en la « Vie » qui me chuchote encore quand tout au bord du précipice que tout est possible, que la vie n’est qu’une suite de miracles (plus ou moins heureux pour chacun, chaque espèce), un génie pur d’invention, de créativité. Au spectacle, je dois tout vivre pour voir sentir ressentir prendre un max de ça… Croyance claire du flou absolu, physique (trop peu de sens, trop peu de capacité, d’intelligence par nature) et métaphysique. Et, qu’il n’y a que la vie. Se concentrer sur ce qui est. Etre tout entier, dans la vie. Soit : rien qui déborde et aucune miette à jeter. Donc, pas de « couic », encore… tant que cette foi me tient, un peu)

 

 

Et après ce ménage, après seulement : Assembler, ranger, revisiter mes « têtes de rien ». Leur penser et construire, pour chacune, un nouvel écrin. Leur dédier une place d’honneur dans mon labo-atelier-galerie pQf. Et faire, créer plus +, avec du texte, vidéo (à répandre), dessins ou gribouillages ? Penser flou leur univers, qui est le nôtre en perspective pQf, de façon plus complète, entière. Un Univers débraillé, qui débraye, roue libre, vers mon au-delà intime.

 

Et puis aussi : (parce que c’est trop bon de peindre) … sortir mes couleurs et brosses, toiles papier et bois pour dessus… peindre quoi ? L’envie de nouveaux « paysages de peinture » avec une part d’humanité (moi-modèle et l’épouse-muse) en lettre et sur papier, m’a un peu passée, là. Donc, je ne sais pas quoi encore non plus comment ce voyage va se prolonger… ou pas.

 

Commencer à réfléchir à la suite, si je la décide toute créative, juste un temps, autant que mes moyens et l'entourage me le permettront. Créer le site que je ne voulais pas créer, abordable et sans "flou", exit le labyrinthe de mes pensées, fantaisie, acrobaties pQf... que pour séduire, appater ? Faire rentrer des sous ? Trouver comment peindre sans trop m'ennuyer ce qui ... ou réfléchir à comment autrement ne plus dépendre des chiffres.

 

 

 

 

 

 

OU

 

 

Possible aussi, que faute de moyens, de fournitures et d’outils, je dois abandonner toute idée de création pour cet été ? Ou, parce que trop dérangé, pollué, perturbé par le quotidien et le monde raisonnable, possible que je me trouve dans l’impossibilité mentale de reprendre le fil de cette histoire, de fou ? J’imagine que serait la fin, ma fin ? Parce que ma dernière chance de reprendre mon souffle ? Etouffé … je me finirai vite dans les affres des chiffres. Un peu déçu, foi cassée, certainement libéré. Un « couic » à court bouillon…

Tag(s) : #actu pQf

Partager cet article

Repost 0