Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beaux-Arts de Versailles

Samedi 19 mars,

portes ouvertes aux Beaux-Arts

de Versailles.

 

 

Beau ? Art ? Je vais voir la concurrence. Mon UN-iversité larvaire doit pomper dans un bel-art bien joufflu. Nourrir d'engrais mon mégalo-gag et mégalithe pQf.

Déjà passé par là il y a une dizaine d’années. Pas pour « étudier » ou apprendre l’Art, seulement des « portes ouvertes » qui me happent pareil. Pas rentré dans l'enceinte depuis la restauration et cette nouvelle façade extérieure qui, de la rue, permet de jeter un œil dans l’atelier du rez-de-chaussée.

En fait, j’en jette un chaque matin, et le soir quand mieux réveillé, deux. Parfois compliqué de voir, et je n’insiste pas.

 

Là, de l'autre coté, dans la rue, dans ma vie, je yeute l'Art des jeunes artistes en devenir ...

Là, de l'autre coté, dans la rue, dans ma vie, je yeute l'Art des jeunes artistes en devenir ...

Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles

Les ateliers « gravure » et « multimédia » me font envie, techniquement.  Dommage que pas les moyens d’espionner de l’intérieur en intégrant le cursus de 4 années, ni même par l'entremise hebdomadaire des cours pour adultes. Super dommage !

 

 

Travail qui me touche. Le jeune artiste coréen vend ses têtes, à la pelle. Pas tenté de voir son prix pour ne pas me tenter..
Travail qui me touche. Le jeune artiste coréen vend ses têtes, à la pelle. Pas tenté de voir son prix pour ne pas me tenter..
Travail qui me touche. Le jeune artiste coréen vend ses têtes, à la pelle. Pas tenté de voir son prix pour ne pas me tenter..

Travail qui me touche. Le jeune artiste coréen vend ses têtes, à la pelle. Pas tenté de voir son prix pour ne pas me tenter..

(à noter que dans le cursus à durée indéterminée non diplômant pQf de mon université du même nom - trop pratiqué la précarité dans ma vie, jusqu'à cette mort absurde prévue à la fin - il existe une matière en cours d'élaboration pédagogique au sujet de "l'outil," de sa maitrise, qui facilite la rapidité sur les passages sur autoroute et une pratique au-delà du cadre, et des avantages insoupçonnés de sa non maitrise, aussi ... Le tout, pQf, consiste à jouer des 2 ... etc)

Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Têtes pour apprendre les sources.

Têtes pour apprendre les sources.

Parenthèses intimes :

(Me revois à 15 ans, hésitant … avant de déménager (à Poissy) et qu’on hésite plus pour moi : « il a une tête de comptable ce garçon, effacé ». Et voilà, je ne résiste même pas.

Dans ce virage que je loupe, un rien abruti car assommé par la vie, je deviens vite absent. Fond de classe, regard perdu, moitié sur la Seine et l'autre moitié sur la villa du Corbusier en restauration. Chance que je ne conduis pas de tuture, avec tous ces virages je visiterais vite fait un platane ou ravin. Là, je ne froisse pas de tôle, seulement ma tête. Et donc, aujourd’hui, plus que quelques « si » associés à un conditionnel-passé, trépassé, à me mettre sous la dent ...  de lait.)

 

Autoportrait flou

Autoportrait flou

Discussion avec un Hollandais (que je reconnais à l’accent – flatté qu’on ne le prenne pas pour un allemand) sur le stand et/ou atelier "gravure". Nous parlons de Rembrandt, de ceci cela. Pas compris si encore enseignant, ou ex. Très sympathique. Et j'adore échanger un peu avec ceux qui aime ce que j'aime, souvent comme moi, avec passion et débordement.

 

L'espace est étriqué, mais des travaux ici ou là que j’apprécie.

 

A la "gravure", c'est bien équipé. Diverses techniques. Me semble complet. Je revois l'atelier de Rembrandt à Amsterdam. Je pense à C.Tual (Erquy) qui me parle avec regret de sa pratique passée de la gravure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un travail qui me scotche. esthétisme sensible qui colle au lieu, un espace, escalier.d'ombres et lumières. Passager. Attente. Bravo !
Un travail qui me scotche. esthétisme sensible qui colle au lieu, un espace, escalier.d'ombres et lumières. Passager. Attente. Bravo !
Un travail qui me scotche. esthétisme sensible qui colle au lieu, un espace, escalier.d'ombres et lumières. Passager. Attente. Bravo !
Un travail qui me scotche. esthétisme sensible qui colle au lieu, un espace, escalier.d'ombres et lumières. Passager. Attente. Bravo !

Un travail qui me scotche. esthétisme sensible qui colle au lieu, un espace, escalier.d'ombres et lumières. Passager. Attente. Bravo !

Pas plus grand chez les multimédias. Une salle pleine de 8 ordis, "dos à dos". Mais tout aussi intéressant. Je m'installe (en plus, mal de dos qui m'empêche de stationner debout) et j'en prends plein les yeux. 4 gros  mac + grand écran. Je gobe. Je plonge. Je m'imagine au clavier, aux commandes.

 

Je les vois clairement. Des "têtes de rien" qui s'animent, voix off que je leur prête, qu'ils me télépathent. Epatant de voir le pQf s'agiter, prendre l'écran. En sortir ?

 

 

Beaux-Arts de Versailles

Dans l'atelier : aperçus des montages, réflexions, des travaux en cours d'élaboration. Plan d'action. Scénario.

 

 

L'envie m'absorbe ... que je dois abandonner.

Mal au bide, après le dos. 

Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles

Tout cela est d’ailleurs assez petit quand je compare à Paris (bâtiments, moyens, et renommée).

 

Mais, de mon expérience indirecte des Beaux-Arts de Paris - via le blabla de jeunes diplômés de cette école quand je vivotais dans une association d’artistes (Comme Vous Emoi) avant mes 30 ans - je préfère l’état d’esprit de Versailles  : moins concept, et plus pratique. Plus dans la vie et moins dans le marché.  

 

Art académique figé après cavalcade de Dada, Duchamp. Dans un état épaté étatique et pathétique. Flatteurs support-surface fluxus, affecté par warhol-Beuys, Art répétitif. Bavard ou vide, pareil.

Univers sous tente. Anartiste en herbe ?
Univers sous tente. Anartiste en herbe ?
Univers sous tente. Anartiste en herbe ?
Univers sous tente. Anartiste en herbe ?
Univers sous tente. Anartiste en herbe ?
Univers sous tente. Anartiste en herbe ?

Univers sous tente. Anartiste en herbe ?

Blabla ... révolutionnaire ?
Blabla ... révolutionnaire ?

Blabla ... révolutionnaire ?

Me souviens de quelques récits de projets de fin d'étude, pour B-A Paris, qui en disent long sur un n'importe quoi "organisé" qu'on souhaite-espère distiller dans l'esprit neuf. Fabrication mortifère d'une sorte d'idée de l'Art. Mais, bonne nouvelle, les jeunes diplômés que je fréquentais n'étaient pas dupes, et rigolaient gras de la bonne blague, comme bien avant déjà et toujours, certains éléves des arts académiques. Ils voulaient leur diplôme, alors il poussait le truc très loin, gavage d'Art pour finir dans les estomacs des ventrus.

 

Pas un Art migrateur, pour traverser les océans, le temps et l’espace. Juste un Art pour les gourmands, une élite de culs coincés à table. Se vautrent pour s'engraisser de blabla.

Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles

De pièce en pièce, les élèves surveillent leurs travaux (je remarque  parmi eux beaucoup d’asiatiques, souvent coréens. Pourquoi ?). Je ressens leur fébrilité. Il avance doucement dans leur vie, Art et espérances. Et cela me touche. Ils attendent des réactions, commentaires. Un éloge ? Certains (plutôt les mâles) font les blasés, déjà. Des forts et au-dessus d’un public ignorant, inculte, dépassé. Des professeurs sourient, encouragent. De la bonne humeur générale, impatience et enthousiasme.

 

L’Art transporte. Pas de doute pour moi, il met en mouvement. Il transporte tête et vie, il bouge l’existence, bouscule. Vibration de l’être, flou joyeux même (paradoxe absolu) quand l’art se perd dans le noir.

Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles

Quand j'Art-tificie mon chagrin,

il y a courant d'air, tornade

explosion d'émotions, de bulles 

chamboulement vital.

 

Me sauve ... qui peut.

Dans l'atelier gravure, travail qui joue sur le flou. Superposition de grilles. Son auteur dans le coin d'atelier ...
Dans l'atelier gravure, travail qui joue sur le flou. Superposition de grilles. Son auteur dans le coin d'atelier ...
Dans l'atelier gravure, travail qui joue sur le flou. Superposition de grilles. Son auteur dans le coin d'atelier ...

Dans l'atelier gravure, travail qui joue sur le flou. Superposition de grilles. Son auteur dans le coin d'atelier ...

De mal en pis, je me retiens pour ne pas lâcher ma vie immobile, tuante, et conforme à la bonne mesure générale. Depuis quelques temps, je sens combien je frôle mon précipice intime. Chaque expo que je visite, livre que je fuis, Art qui me touche et secoue, que j’esquive mal, peut me faire perdre cet équilibre. Toutes ces absences, ce vide, cette mort qui me courtise, clins d’yeux répétés, ne plus bouger, n’être plus et rappel de « ma tête de comptable, effacé » et puis … de l’autre côté, ma vie. Aucune idée, aujourd’hui, de ce qui va l’emporter. Pas loin, l’instinct me donne des indices, trop flous … mais pas loin.

 

Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles
Beaux-Arts de Versailles

En tout cas, aux beaux-arts de Versailles, pas un cours, pas un prof, pas un mot, au sujet du mouvement pQf … Etonnant, non ?   

 

Rencontre-indice, avec un nounours sur papier. Petit format.

Rencontre-indice, avec un nounours sur papier. Petit format.

Partager cet article

Repost 0