Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EXPO été / Pléneuf Val André

 tHierry

 

 

 

33 années de peinture

(En toute discrétion)

 

 

 

 

5 ans, je me souviens de là, alors que je sais que je commence avant. Né dans le papier et les couleurs, sur le trait gras de ma ligne de vie. Je vends mes dessins aux proches de mes parents. Le prix au dos du papier. Je veux m’acheter Tintin sur la Lune. Papa peint, dessine, il est peintre et designer (ameublement). J’apprends façon Confucius et confuse par l’observation et l’admiration. Totalement fasciné par mon papa qui crée en continu. Un obsédé de la ligne parfaite.

 
EXPO été / Pléneuf Val André

18 ans, je range mon appareil photo et le labo n&b, ma caméra super 8 et table de montage, mes essais de BD et d’écriture. Je fais de la place pour les couleurs à l’huile. Sur bois ou carton car moins couteux que la toile. Je consomme les fonds de tubes de mon père. D’abord j’étale au couteau, comme lui. Puis, je m’émancipe, pinceau brosse éponge pied et je quitte la maison-chantier. A cette époque : La « figuration libre » pirate les affiches dans Paris. Ma sœur me recueille. Chez elle, je peux enfin exposer. Les murs sont libres, comme moi. Vente d’un 1er tableau (que je vais échanger bien plus tard contre un autre) : « l’homme libre »

 

 

 

 

27 ans, je démissionne d’un travail qui payait le toit et la soupe. Jusqu’en 2000 : J’expose au « petit Namur » (face à la gare du nord /Paris), au café club « VOGUE », à la galerie « du temple », salon d’automne de Paris, au grand Palais (repérage pour ma future « monumenta »), au cirque Fratellini, galerie « Art Présent » etc … et parfois sauvagement avec un collectif d’artistes dans mon genre (association « Comme Vous Emoi »). Pour finir chagriné, à devoir retrouver fissa un travail qui paye le toit et la soupe.

 
EXPO été / Pléneuf Val André

En 2000, interruption de mon travail pictural, avec la mort de mon père. Avant reprise sur l’idée d’un Phénix, sans l’oiseau, envolé. Que le fond (bleu de Prusse) Puis j’entame une série de « pieds » (qui débute par une paire de chaussure = micro-hommage à Vincent) : plante de pieds / piétinement / pieds cloués / pieds sous terre / à pied … etc

 

 

 

 

 

Debout, j’avance avec une série de « nature (presque) morte » ou « steel life (but not so much) ». Genre dit mineur aux temps académiques, qui chez Chardin me subjugue. Exercice sur des têtes de poisson abandonnées sur une planche à découper.    

 

 

 

2001 : Création du concept « pQf ». Il prend sa source dans un texte court : « Pour Quoi Faire ? ». LE mouvement pQf (une question sans réponse) évolue vers un Poétique du chaos, le Quantique et ses nœuds, pour finir dans le Flou. A la théorie scientifique de « l’incertitude », j’additionne la théorie anartiste du « Flou ». Visibilité du hasard.

 

 

 

Un « Flou » de bougé … Personne ne capte, aucun disciple ni aventurier séduit, alors je m’égare seul dans cette exploration sans fin. Avec de nouvelles séries : « de dos, nu, face à un paysage de peinture » / des « bateaux de papier, plié-froissé » / des « apnées de poisson » etc. Avec des textes, froissés, et en argile non traité, des « têtes de rien ». Une série de photos à 4 faces. Un site-puzzle, en labyrinthe avec quelques abysses..

 

 

 

 

Le motif, qu’un paradigme Flou, lego de mon ego que je poétise à reculons. Dangereux, mais vivifiant. Envie de vie, envie floue. Je trébuche sur l’inconnu : un merveilleux recoin, parfois magique … ou pas.

 

 

 

50 ans, A la mort de ma sœur, 2013, une série de « rose n&b »

 

 

 

52 ans j’expose dans la salle municipale des « Régates » de Pléneuf-Val-André. Pas loin d’Erquy, où je me rassemble. Là, en gestation, l’atelier où je compte finir mon voyage et mon exploration de la planète pQf … hors cadre, mode, tendance, convention. Une plongée dans un temps minéral. Je veux peindre l’oiseau, aux couleurs d’une flamme, sur le fond « bleu de Prusse ».

 

 

 

 

 

«  La création d’Art a pour première tâche de bousculer l’esprit pour le mettre en mouvement. »

 

JEAN Dubuffet

 

Tag(s) : #actu pQf

Partager cet article

Repost 0